vendredi 19 décembre 2014

UN AUTRE BON ESSAI À PARTIR DU MÊME SUJET




Valjean et Meursault sont deux êtres à part, condamnés par la justice, mais à des destins inverses. Quelles sont les ressemblances et les différences entre ces deux personnages?

Les deux personnages des œuvres de Victor Hugo et Albert Camus peuvent être considérés des héros, chacun à sa manière. D’une part, il y a des ressemblances entre Jean Valjean et Meursault étant donné qu’ils sont tous les deux condamnés par la société, et d’autre part, il y a des ressemblances quant à leur destin.

Valjean et Meursault présentent des similitudes en tant que héros littéraires. Ils sont tous les deux poursuivis par la société et vont être jugés pour leur histoire passée. Dans le roman de Victor Hugo cela est très remarquable: “Et c’est un pareil homme, etc… vagabond, mendiant, sans moyen d’existence, etc. –accoutumé par sa vie passée aux actions  coupables au bagne […] c’est un homme pareil qui, trouvé sur la voie publique en flagrant délit de vol, que le flagrant délit, le vol, l’escalade, nie tout, nie jusqu’à son nom, nie jusqu’à son identité”, de même que dans le roman de Camus: “Messieurs les jurés, le lendemain de la mort de sa mère, cet homme prenaint des bains, commençait une liaison irregulière et allait rire devant un film comique, j’ai rien de plus à dire”. Meursault va être accusé d’impitié pour ne pas pleurer le jour de la mort de sa mère. Jean Valjean et Meursault sont également condamnés par la société et cela va les mener à se confronter tous seuls face à elle. En outre, on peut constater leur ressemblance du fait qu’ils arrivent jusqu’au bout de leurs idéaux et vont lutter pour atteindre leur objectif jusqu’à la fin: la liberté.

Cependant, les deux personnages diffèrent du point de vue de leur destin et de leur perception de la société. Jean Valjean va choisir de s’éloigner de la misère et l’obscurité pour se diriger vers le chemin de la lumière et la clarté. Il croit que les personnes sont capables de changer même si la justice sociale dit le contraire. Le personnage éprouve de vrais sentiments d’amour pour Cosette, enfant qu’il va sauver et adopter comme une fille: “Quand il vit Cosette, quand il l’eut prise, emportée et delivrée, il sentit se remuer ses entrailles. Tot ce qu’il y avait de passioné et d’affectueux en lui s’éveilla et se précipita vers cet enfant”.
En revanche, Meursault ne cherche que le bien-être de soi-même et va s’opposer à la société car il n’accepte pas ses idées et va se maintenir ferme dans sa non-croyance dès le début face à l’aumônier: “N’avez-vous donc aucun espoir et vivez-vous avec la pensée que vous allez mourir tout entier? –Oui, ai-je répondu”. Il ne va pas ceder face à lui, il n’accepte pas autre vérité hors la sienne. Il est aussi différent à Jean Valjean par rapport aux sentiments, il n’éprouve pas d’amour pour sa mère, pas d’amour pour Marie: “Un moment après, elle m’a demandé si je l’aimais. Je lui ai répondu que cela ne voulait rien dire, mais qu’il me semblait que non”. Il choisit d’être sincère en tout moment même s’il risque de perdre sa vie.

En somme, on peut conclure qu’au début aucun des deux personnages rentrait dans le système de la société mais finalement ils vont adopter des chemins inverses. Jean Valjean décide de s’y intégrer pour faire le bien et aider les autres, tandis que Meursault va opter pour s’évader et même l’abandonner en mourant pour rester toujours fidèle à ses idéaux. Il s’agit de deux exemples d’heroïsme de l’époque, Jean Valjean symbolise le romanticisme et Meursault le réalisme et l’existentialisme.

Chloé Gil Ramírez (2º Batxibacc)


jeudi 11 décembre 2014

UN ESSAI SUR LES PROTAGONISTES DE "LES MISÉRABLES" ET DE "L'ÉTRANGER"



Valjean et Meursault sont deux êtres à part, condamnés par la justice, mais à des destins inverses. Quelles sont les ressemblances et les différences entre ces deux personnages?



Les personnages principaux des ouvrages Les misérables et L’étranger sont deux hommes qui, exclus de la société et étant condamnés par la justice, prennent des chemins différents qui les mènent à deux destins contraires. Ainsi, même si les différences entre eux sont évidentes, on peut aussi trouver des ressemblances.



Tout d’abord, les deux personnages ne sont pas acceptés par la société. Jean Valjean est touché par la misère, il apartient à une classe sociale qui le fait “vagabond, mendiant, sans moyen d’existence”. Quant à Meursault, c’est sa façon d’être qui le fait étrange à la société où il vit —“ni maman ni moi n’attendions plus rien (...) de personne”—, il s’isole et il ne s’intègre pas au monde.



En effet, à cause de leurs différences par rapport aux idéaux sociaux, ils sont poursuivis par la justice. Dans le cas de Jean Valjean, sa vie est constamment bouleversée à cause du policier Javert qui l’accuse d’un “flagrant délit de vol”. De son côté, Meursault est condamné à mort pour avoir tué un homme. En définitive ils ne rentrent pas dans la société et ils ne sont pas acceptés.



Cependant, même si les destins de ces deux hommes semblent se diriger vers la misère, Jean Valjean fait un effort et réussit à changer sa destinée. Grâce aux différents personnages qu’il rencontre tout au long du roman, il est capable de se diriger vers la lumière et la clarté: “L’évêque avait fait lever à son horizon l’aube de la vertu, Cosette y faisait lever l’aube de l’amour”. En atteignant l’amour et la vertu, il est non seulement accepté par la société, mais il essaye encore de la changer et de l’améliorer.



Pour sa part, Meursault ne fait rien pour changer son destin, il n’essaye même pas d’entrer dans la société, il se laisse porter par elle: “tout se déroulait sans mon intervention”. Ce personnage ne veut pas jouer le jeu, il refuse toute tricherie avec la société, il ne se laisse pas influencer par elle et il refuse de mentir. D’ailleurs, il meurt pour la vérité, apaisé par la nature: “je m’ouvrais pour la première fois à la tendre indifférence du monde”. Il meurt en paix, sans espoir, sans besoin de se confesser, en attendant l’absolu et la vérité.



Enfin, on peut conclure que les personnages créés par Victor Hugo et Albert Camus sont deux êtres à part, rejetés par la société, mais qui, par la cohérence de leurs actes et donc de leurs projets vitaux, réussissent à arriver jusqu’au bout de leur destin; de manière qu’on pourrait même les considérer comme des héros.



Gemma Malats Revelles (2º Batxibacc)

lundi 9 juin 2014

SORTIE D'UN JOUR À PERPIGNAN ET SALSES

Le mercredi 21 mai, 50 élèves de 1º et 2º ESO de français ont visité Perpignan et Salses, aux Départament des Pyrénées Orientales (Catalunya Nord), accompagnés de Dominique Fourey et Marga Serra. Les élèves ont fait des activités dans le centre de Perpignan le matin, ils se sont regroupés devant le Castillet (voir la première photo), puis ils visité la forteresse de Salses l'après-midi (voir les deux photos ci-bas).



mardi 25 mars 2014

CONCURS FONIX D´ANGLÈS 2014



El dissabte 1 de març al migdia els sis millors alumnes de cada nivell —des de 1r d’ESO fins a 2n de Batxillerat del nostre centre— van participar en el 7è Concurs d'Anglès Interescolar de Catalunya. Aquesta prova de la Fase Territorial va tenir lloc a l'Institut Nacional d'Educació Física de Catalunya (INEFC) a Barcelona.



La Prova de la Fase Local al centre l'havíem fet la tarda del dimecres 5 de febrer, amb la participació dels millors 28 alumnes de tots els nivells. Hi va haver una gran competència entre els candidats i els resultats van ser molt ajustats.



Els guanyadors i representants nostres els podeu veure a la foto. Per nivells són:

1r d'ESO: Daniel Fernández
2n d'ESO: Marta Virgos
3r d' ESO: Mar Gil
4t d' ESO: Adrià Ibáñez
1r de Batxillerat: Vicenç Palau
2n de Batxillerat: Gorka Piñol



A partir del 7 d'abril es publicaran els noms dels guanyadors que passaran a la gran final del dissabte 26 d'abril. Voldria recordar aquí que en la 1a edició d'aquest concurs una alumna del Cabanyes va ser la guanyadora en la categoria de 2n de Batxillerat i fa dos cursos un altre alumne va arribar a la gran final.



Des d'aquestes línies només ens resta desitjar molta sort als nostres candidats d'enguany. Esperem que arribin a la gran final del 26 d'abril!



Marisa Berdún




lundi 17 mars 2014

UNE JOURNÉE À GRENOBLE



La Journée a Grénoble (le 24 Janvier) s’est très bien passée. Comme première activité nous sommes allés visiter le musée Dauphinois, qui est très grand et intéressant. Il y avait, par exemple, des skis et des traineaux très anciens et beaucoup d’horloges, par exemple des horloges à sable, des horloges solaires, etc. Après, nous sommes allés au centre ville et on a déjeuné. Nous avions très faim!
Après le déjeuner, nous avons complété une enquête sur Grenoble avec nos correspondants. En plus, nous avons visité l’église, le vieux marché et le quartier ancien. Quand nous avons fini la promenade, nous avons eu une heure libre pour aller aux magasins, se balader, etc.
Après, nous sommes retournés au car, mais deux élèves espagnols et leurs correspondants n’arrivaient pas. Ils sont arrivés très en retard. Malgré cet incident, nous nous sommes bien amusés.

Marçal Llopart

Pique-nique dans un square

Dans la cour du musée dauphinois

Vue de Grenoble

dimanche 2 mars 2014

SKI DE FOND DANS LE VERCORS



Le lundi 27 Janvier, nous sommes allés à Echaillon dans les Préalpes. Il  était couvert de neige. Comme Mar est meilleure que moi au ski, elle n’est pas tombée beaucoup, mais moi je suis tombé souvent. Quand nous sommes arrivés finalement, nous avons commencé à manger. Et puis, juste après nous avons commencé une bataille de boules de neige. Dans la descente de la montagne, je suis tombé beaucoup de fois. Quand nous sommes arrivés, nous avons laissé les skis et nous nous sommes assis pour discuter de notre petite aventure.


Adrián Redondo et Mar Gil


Départ pour la randonnée

Sur le chemin
 
Pique nique dans la neige


samedi 22 février 2014

Échange avec le Collège Marie Curie de Tournon-sur-Rhône



Du 21 au 29 janvier 2014
Lchange, c'est une expérience inoubliable, durant laquelle j'ai fait des choses que je n’avais jamais fait, comme remonter une montagne, faire du ski, parler avec les Français, visiter Tournon et faire de nouveaux amis.
Personellement, l'activité la plus joyeuse c'est le ski et aussi j'ai vu le Rhône et chaque jour j’ai fait des photographies sur la rive et sur le pont avec mes amis.
 
Au bord du Rhône

Enfin de matinée, rendez-vous à la boulangerie

Hauteurs de Tournon

Le plus difficile c'est l'adieu, à la maison et au collège, parce que la famille et les Français ont été très gentils avec moi.
JAIME L'ECHANGE!!
Jamila El Ambari (3r B)

samedi 25 janvier 2014

UNE PREMIÈRE TEMPTATIVE D'ESSAI



Voyons un sujet proposé à la fin du premier trimestre sur Les misérables et une réponse, celle d’Albert Vidal.

Victor Hugo écrit, au début des Misérables: “Tant que les trois problèmes du siècle, la dégradation de l’homme par le prolétariat, la déchéance de la femme par la faim, l’atrophie de l’enfant par la nuit, ne seront pas résolus (...) des livres de la nature de celui-ci pourront ne pas être inutiles.” Montrez dans quel sens les histoires personnelles de Jean Valjean, de Fantine et de Cosette peuvent illustrer la thèse de Hugo.

Les misérables est un roman où Victor Hugo nous montre ce qu’il considère les trois problèmes du siècle.

En ce qui concerne la dégradation de l’homme, on a le clair exemple de Jean Valjean, personnage principal du roman. Jean Valjean est un ancien forçat condamné à cinq ans de prison pour avoir volé un pain. De même, il subit des discriminations, comme le passeport jaune qui montre qu’il a été en prison, et qui fait qu’il devienne un misérable. On voit clairement la dégradation de l’homme.

Quant à la décheance de la femme, Victor Hugo nous montre l’exemple de Fantine, jeune femme qui est abandonnée quand elle est enceinte et qui se voit obligée à abandonner sa fille pour aller travailler et gagner de l’argent. Fantine sera discriminée parce qu’elle est mère célibataire et chassée de l’entreprise. Sans pouvoir gagner de l’argent pour se nourrir, elle se voit obligée à se prostituer et vendre ses dents et ses cheveux. On voit ici comme la femme doit soutenir sa famille, ses enfants, toute seule, si bien qu’elle est obligée à travailler et faire de gros sacrifices pour avoir à manger.

C’est, finalement, la fille de Fantine, Cosette, que l’auteur utilise pour montrer l’atrophie de l’enfant par la nuit. Cosette est une jeune fille confiée par sa mère à un couple, les Thénardier. Cosette coûte de l’argent à Fantine, mais cet argent ne sera jamais consacré à elle, car les Thénardier le garderont. Elle est une fille, donc, maltraitée qui, comme elle dit, n’a jamais connu sa mère. Avec cela Hugo nous montre que l’abandon des enfants dans les rues est un gros problème, car ils n’ont pas à manger, n’ont pas à se rechauffer, etc.

On conclue donc que, dans ce roman, Victor Hugo nous montre, à travers une histoire, les trois principaux problèmes au même temps qu’il dénnonce la société du XIXème siècle.   

Albert Vidal

mardi 7 janvier 2014

LE JOUR DU RETOUR


On est allé au lycée à 8 heures et nous avons pris le bus pour arriver à la gare de Blois.
Après on a pris le train et on est allé à Tours.
Nous avons laissé nos valises dans un magasin et nous avons eu du temps libre pour faire ce que nous voulions. Ce que nous avons fait c’est: nous promener par les rues, acheter des cadeaux pour nos familles, faire les magasins et acheter beaucoup de nourriture parce qu’elle est très bonne.
À 15 heures nous avons pris le bus et nous sommes restés dans le bus jusqu’à 5 heures du matin!!, l’heure où nous sommes arrivés à Barcelona.
Nous avons pris le train de 5 heures et 45 minutes à Barcelona Sants et nous arrivés à Vilanova i la Geltrú à 6 heures et demie. Nos parents nous attendaient à la gare. Nous sommes rentrés chez nous et je leur est expliqué beaucoup de choses et je leur ai donné beaucoup de bisous. Mais après j’ai préféré aller me coucher parce que le voyage a été très fatigant!

Irene Márquez Mellado (1r B Bat)